Evolution de l’internet mobile en France

En quelques années, les performances des réseaux mobiles de la téléphonie ont considérablement augmenté. Moins d’une dizaine d’années sépare le Wap de la 4G. La 2G a permis de faire la transition du téléphone mobile au smartphone permettant un accès rapide à l’internet. Tandis que le consommateur changeait ses habitudes passant de la consultation de site web à la lecture de vidéos via le terminal mobile, les opérateurs travaillaient à augmenter les débits.

Rappel historique de la norme GSM jusqu’à la norme Hdge
La 2G utilisait la norme GSM en se servant de deux bandes de fréquences 900 et 1800 mégahertz (Mhz). Puis est apparue la norme GPRS passant les débits à 2.5G. En un rien de temps la vitesse de l’internet mobile s’est considérablement accrue pour atteindre 2.75G (norme Edge).

Après Hedge et la 3G+, la révolution de l’internet mobile est née pour le grand public.

La troisième génération de téléphonie portable (smartphone) s’est vue dotée de la normalisation UMTS permettant une réelle utilisation du web aussi bien sur les accessoires mobiles Smartphone, Tablette et les ordinateurs portables clé 3G USB. La révolution de l’internet mobile est née pour le grand public avec cette norme passant en un éclair du 3G+ au H+.

Chasse gardée des fan de nouvelles technologies et autres aficionados du web, seuls les travailleurs nomades pouvaient se payer le luxe d’un abonnement au web mobile. Quelques années plus tard, un téléphone sur deux est un Smartphone et l’internet mobile est utilisé par un mobinaute sur deux.

La 4G bientôt disponible au plus grand nombre

La 4G est basée sur la norme LTE (Long Term Evolution) utilisant une fréquence de bande de 800 MHz et de 2 600 MHz, celle-ci offre un débit de transmission de données réel oscillant ente 5Mbps et 72Mbps.

Avant de pouvoir utiliser la 4G, les opérateurs doivent déployer les antennes relais. C’est le cas de l’opérateur SFR qui a dégainé le 1er, doublé par Orange qui couvre aujourd’hui plus de 50 villes. Bouygues Telecom a rusé en demandant au régulateur des Telecom (ARSEP) s’il pouvait utiliser une partie de ses fréquences existantes évitant de nouveaux investissements matériels. Cette astuce de Bouygues Telecom permettra à l’opérateur de couvrir 40 % du territoire français d’ici octobre 2013. Quant à Free mobile, il prépare son arrivée et dispose déjà de 1 000 antennes à cette date

Sujet similaire :
Génial, la 4G arrive ! (Avec 4 problèmes qui vont vous calmer)
Free Mobile : Quel retard réel pour ses antennes 4G ?

Position de toutes les antennes relais des quatre opérateurs français (ORANGE, SFR, BOUYGUES TELECOM, FREE MOBILE). http://www.antennesmobiles.fr/